Fourmies / Wignehies : une coopération hospitalière publique / privée sur la bonne voie et de nouveaux projets pour la polyclinique


26 janvier 2023 - 1896 vues

« La polyclinique de la Thiérache à Wignehies ne deviendra pas une friche médicale », c’est le Docteur Régis Poison, le PDG de cet établissement privé qui l’a annoncé mardi après-midi, lors de ses vœux au personnel, en réponse aux inquiétudes émises par le docteur Elisabeth Koral, la fondatrice de la polyclinique et par Jean-Guy Bertin, le maire de Wignehies. A ce stade, tous les voyants sont au vert pour engager un vaste et ambitieux projet de coopération hospitalière publique / privée avec l’hôpital de Fourmies. Concrètement, les salariés des deux structures garderont leurs statuts et leurs avantages, mais ils vont devoir apprendre à travailler ensemble, sous un même toit, à travers un dispositif qui a déjà fait ses preuves à Le Cateau.

>>> Docteur Régis Poison, le PDG de la polyclinique de la Thiérache :

D’après Régis Poison, la polyclinique ne devrait pas fermer ses portes à Wignehies. Elle pourrait garder sur place une large palette de services, un bloc opératoire, les consultations externes et pourquoi pas se spécialiser dans le long séjour. C'est donc bel et bien le service chirurgical qui devrait déménager d’ici 2025 à Fourmies, dans le cadre d’un projet de restructuration-extension de l'hôpital. Cela pourrait se traduire par un agrandissement et une adaptation du bloc opératoire actuel, ainsi que la construction d’un nouveau plateau de chirurgie ambulatoire à Fourmies, dont la gestion serait alors confiée aux chirurgiens de la polyclinique.

>>> Docteur Régis Poison, le PDG de la polyclinique de la Thiérache :

L’objectif clairement affiché par Régis Poison est de dépasser à moyens termes les 10 000 actes chirurgicaux par an. Cette coopération n’a qu’un seul objectif : « proposer de nouvelles spécialités complémentaires et une offre de soin plus complète, sécurisée 24h sur 24, tout en confortant les services des urgences et de la maternité Fourmisienne ». Aux yeux de tous, de Mickaël Hiraux, le Président du Conseil de surveillance de l’hôpital de Fourmies au directeur de l’Agence régionale de santé, « c’est une alliance indispensable », la seule capable « de consolider un service de soin de proximité et de qualité, tout en étant attractif, pour attirer de nouveaux spécialistes ».

>>> Mickaël Hiraux, le maire de Fourmies :

Aujourd’hui, la réputation de l’établissement dépasse largement les frontières du sud-Avesnois, comme l’a encore confirmé l’an dernier un rapport réalisé par un cabinet indépendant de Paris. En, attendant ce déménagement à Fourmies, il y a un autre problème à régler cette année, c’est le coût de l’électricité, avec une facture multipliée par 20, comme nous l’a expliqué le Docteur Régis Poison, le PDG de la polyclinique de la Thiérache :

Polyclinique Wignehies.jpg (83 KB)

Le recrutement de nouveaux spécialistes et d’un des meilleurs gastro-entérologues du monde

En quelques chiffres, cet établissement, c’est 92 collaborateurs et agents de services, 21 praticiens, spécialistes, chirurgiens et médecins, pour une moyenne 8 000 actes chirurgicaux par an, 7600 consultations et près de 6000 hospitalisations. Régis Poison table dès cette année sur une augmentation de 5 % de l’activité générale et pour y parvenir, l’établissement continue d’attirer de nouveaux spécialistes et vient de recruter le professeur Elias Makhoul, un gastro-entérologue dont la renommée dépasse largement les frontières de son Liban natal. Véritable autorité morale dans son pays, le Professeur Elias Makhoul vient d’être élu par l’organisation mondiale de la santé meilleur gastro-entérologue de l’Afrique, du Moyen-Orient et de l’Asie. Il débarque en France pour développer et diriger le service de chirurgie digestive à la polyclinique de Wignehies et interviendra également à la clinique du parc à Maubeuge.

>>> Docteur Régis Poison, le PDG de la polyclinique de la Thiérache :

 

Par Paul Schuler