Extension du pass sanitaire début août, vaccination obligatoire pour les soignants, relance : Emmanuel Macron fait-il les bons choix ?

12 juillet 2021 à 20h43 - 1763 vues

Le chef de l'État a pris la parole ce soir pour la première fois devant les français depuis le 31 mars dernier. La vaccination obligatoire pour les soignants et de l’extension du pass sanitaire, la réforme des retraites, la France de 2030 : Emmanuel Macron a fait un état des lieux du pays aujourd'hui en juillet 2017.

Un discours dans un contexte de 4e vague de l’épidémie de Covid-19 qui semble être probable, avec l’émergence du variant Delta en France. Il serait d’ailleurs majoritaire en France, même si son impact n'est pas encore perceptible dans les hopitaux de l'Hexagone.

UNE 4ÈME VAGUE

"Notre pays est confronté à une reprise épidémique" affirme Emmanuel Macron qui appelle "solennellement tous les Français de se faire vacciner". Le Chef de l'État annonce ce soir l'extension du Pass Sanitaire aux restaurants, bars, cinémas, trains et avions début août. . Cette mesure sera intégrée à un projet de loi soumis au Parlement : il sera convoqué "en session extraordinaire à partir du 21 juillet", a ajouté le Président.

Les soignants auront l’obligation d’être vaccinés d’ici le 15 septembre, sous peine de "sanctions" affirme Emmanuel Macron. Pour inciter les français en général à se vacciner, le Chef de l'Etat a annoncé que les tests PCR "seront rendus payants sauf prescription médicale à compter du moi d'otobre prochain. Une mesure qui figurera également dans le texte soumis au Parlement.

"REFORMER" LE PAYS : ASSURANCE-CHÔMAGE ET RETRAITES

Stopper à cause de la crise sanitaire qui a débuté en 2020, la réforme de l'assurance-chômage a été abordée en fin d'allocution ce soir. Son application était prévue le 1er juillet, mais avait été suspendue par le Conseil d'Etat. Elle sera "pleinement mise en œuvre à partir du 1er octobre". Sur la réforme des retraites, Emmanuel Macron explique qu'elle devra être "engagée" dès "que les conditions sanitaires seront réunies". Le président de la République a réaffirmé sa volonté de "supprimer les 42 régimes spéciaux" pour selon lui "plus de simplicitées". Des discussions débuteront à la rentrée de sptembre avec les partenaires sociaux.