L'info en Val de Sambre

En bref sur Maubeuge et dans le Val de Sambre, pour ce mercredi 03 juin 2020

03 juin 2020 à 17h00 Par Paul Schuler

Le sauvetage de l’usine MCA à Maubeuge : le soulagement des salariés et des élus

Samedi, plus de 8000 personnes (des élus dont le président de la région, des syndicats, des ouvriers de l’usine MCA, des familles…) ont manifesté dans les rues de Maubeuge pour dire « non à tout projet de délocalisation de l’usine MCA, filiale du groupe Renault ». Diffusé en direct sur toutes les chaines d’information de France, le message « Macron, tiens ta parole » a été entendu jusqu’au haut plus haut niveau de l’Etat… Mardi, à l’issue d’une rencontre avec les syndicats de Maubeuge Construction Automobile, les élus régionaux et du val de Sambre, le gouvernement et le groupe Renault se sont engagés officiellement à pérenniser l’usine MCA, sa production de véhicules utilitaires et ses 2100 salariés, bien au-delà de 2023. Comme l’a indiqué Bruno Le Maire, le ministre de l’économie : « MCA ne deviendra pas une coquille vide ».

« MCA pérennisé : c’est une victoire pour la Sambre-Avesnois-Thiérache ! »

« les promesses du Président de la République ont été tenues » affirment en cœur les deux députés LREM du territoire, Anne-Laure Cattelot et Christophe Di Pompéo. Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, avait lui aussi retrouvé le sourire mardi midi : « il n’y a plus d’épée de Damoclès au-dessus de la tête des salariés », a-t-il estimé après sa rencontre avec Bruno Le Maire. « La meilleure usine de France et même d’Europe du groupe Renault », selon les propres déclarations d’Emmanuel Macron lors de sa venue à Maubeuge en novembre 2018, est donc toujours promise à un bel avenir. Du côté des élus locaux, des syndicats et des salariés, on respire donc à nouveau, même si la vigilance reste de mise.

Pas de fermeture, pas délocalisation et pas de suppression de postes pour MCA Maubeuge

Comme la direction l’avait indiqué aux salariés dès la semaine dernière, les rumeurs annonçant la fermeture de l’usine MCA n’étaient visiblement pas fondées. Pour le directeur d’MCA, ces informations ne reposaient sur aucune logique industrielle, car le groupe Renault a déjà investi depuis 2019 plus de 400 000 € dans l’installation de nouvelles lignes de production et dans la modernisation de l’usine. Quant au projet de délocaliser la production de la Kangoo électrique (la ZE), vers le site Renault de Douai, il a tout simplement été abandonné mardi et il ne sera plus à l’ordre du jour, au moins jusqu’en 2024.

Le site MCA de Maubeuge va donc pouvoir continuer à produire ses modèles anciens, et en parallèle, les nouveaux véhicules utilitaires XFK, successeurs de la Kangoo. Hier matin, le Ministre de l’économie Bruno Lemaire et le Président du Groupe Renault Jean-Dominique Sénard se sont donc engagés « à maintenir toute la production et à conserver les 2100 salariés de l’usine MCA, bien au-delà de 2023 », tout en travaillant, en même temps, « sur un nouveau projet industriel capable de pérenniser le site sur du très long terme ».

« Promesses présidentielles tenues » pour le député Christophe Di Pompéo

Le député LREM de la Sambre-Avesnois, Christophe Di Pompéo a salué l’engagement de l’Etat et les promesses tenues du Président de la République, Emmanuel Macron. A ses yeux, « c’est une victoire pour notre territoire ». Le dialogue social qui s’ouvre entre les partenaires sociaux et le groupe Renault va maintenant permettre de préparer l’avenir plus sereinement. Selon le député, « c’est donc le savoir-faire des salariés de MCA qui a été une nouvelle fois reconnu au plus haut niveau de l’Etat et du groupe Renault ».

Une baisse des taxes foncières dans le val de Sambre pour aider les entreprises en difficulté ?

Joël Wilmotte, le maire sortant d’Hautmont, s’est lui aussi réjouit du maintien de la production sur le site Renault de Maubeuge-Feignies. Il souhaite néanmoins qu’une vaste réflexion puisse être engagée sur la fiscalité de l’Agglomération Maubeuge-Val-de-Sambre et du Syndicat mixte des transports. Pour pérenniser les emplois et les sites industriels de la Sambre, une baisse, même temporaire, des taxes foncières et de l’ancienne taxe professionnelle, celle sur les valeurs ajoutées, serait la bienvenue, d’après Joël Wilmotte, pour aider les entreprises, y compris MCA, à se relancer. Reste maintenant à savoir si les autres élus du bassin de la Sambre le suivront…

Un feu de végétation d’origine suspecte, hier matin à Leval, près d’Aulnoye-Aymeries

Il était presque midi lorsque l’alerte a été donnée. Malgré la mobilisation rapide de 13 sapeurs-pompiers, plus de 2000m2 de broussailles sont parties en fumé, mais heureusement, aucun blessé ne fut à déplorer.

Une reprise des cours par étape au Lycée André Lurçat de Maubeuge

La rentrée des élèves de seconde est annoncée pour ce jeudi, à 13h30. Les terminales retourneront au lycée dès le 8 juin et les premières : le 15 juin.

Le lancement de la seconde phase des travaux de réhabilitation de la rue de la liberté à Maubeuge

Cet important chantier avait été entamé en août dernier, avec l’enfouissement de tous les réseaux et la rénovation des conduites d’assainissement. La voirie et des trottoirs vont maintenant être refaits. Attention, la circulation sera mise en alternance et parfois même interdite, durant toute la durée de ces travaux. Tout devrait être terminé d’ici le mois de décembre. Le coût total de cette opération s’élève à 1 100 000 euros.

Un premier conseil municipal, depuis son installation, demain soir à Ferrière-la-Grande

Outre des délibérations concernant la désignation des délégués dans les différentes instances de la commune, le nouveau Maire de ferrière, Benoît Courtin, a inscrit à l’ordre du jour les préparatifs du budget 2020. Les élus devront notamment se prononcer sur la valeur des taxes locales et des impôts sur le foncier bâti ou non bâti. 

De nouvelles formations gratuites proposées par la CCI des Hauts-de-France et son antenne du val de Sambre, à Feignies

Elles ont la particularité d’être prises en charge à 100 % par le Fonds national de l’emploi et abordent différents thématiques, comme les relations clients, la gestion, la bureautique, le numérique, la logistique ou l’apprentissage des langues étrangères. Pour en savoir plus, vous pouvez contacter Stéphane Libert au 06 49 28 98 22.

Nos nouveaux modes de consommations sont-ils durables ?

Pendant le confinement, une étude diligentée par la CCI révèle que 27% des ménages de la Région Hauts-de-France, ont eu recours au drive contre 12% auparavant et nous avons été plus de 60 % à utiliser pendant cette période les services de livraison à domicile. Notons par ailleurs que la vente directe chez les producteurs locaux et la fréquentation des commerces de bouche de proximité ont augmenté de 7% en Sambre-Avesnois-Thiérache. Reste maintenant à savoir si ces nouvelles manières de consommer localement vont devenir une habitude et un reflex. Réponse dans les prochains mois…

82 000 masques en tissu supplémentaires offerts par le conseil régional des Hauts-de-France à tous les habitants du Val-de-Sambre

Ces masques ont été fabriqués par des entreprises textiles régionales. Ils sont lavables et réutilisables une vingtaine de fois. Ils seront distribués dès cette semaine dans les 43 communes de l’agglo Maubeuge Val-de-Sambre.

La réouverture du Brik A Brak de la fondation Saint Vincent de Paul à Jeumont

Pour profiter des bonnes affaires, pour chiner des objets ou des vêtements d’occasion, vous avez désormais rendez-vous, dès aujourd’hui et tous les mercredis de 9h à 11h et 14h à 16h, ça se passe à la Maison ses Solidarités à Jeumont !