L'info en Val de Sambre

En bref sur Maubeuge et dans le val de Sambre pour ce lundi 14 septembre 2020

14 septembre 2020 à 12h09 Par Paul Schuler

Une main arrachée suite à l’explosion d’un obus à Cerfontaine, près de Rousies

Les faits se sont produits samedi vers 17h, dans une habitation de la rue de Quiévelon, qui abritait plusieurs engins explosifs. C’est un collectionneur de vestiges des deux dernières guerres mondiales qui a été grièvement blessé, après avoir voulu désamorcer la bombe. Outre la main arrachée, son torse a également été touché par plusieurs éclats. L’homme a été héliporté en urgence vers le CHR de Lille. Hier soir, son état de santé était toujours jugé préoccupant.

4 blessés dans une violente collision à Maubeuge

L’accident s’est déroulé samedi vers 17h30 à proximité du rond-point de « L’As de trèfle ». Pour une raison encore inconnue, une voiture, une camionnette et un poids lourd se sont percutés. Sur les 7 passagers présents dans ces 3 véhicules, 4 ont été blessés. Les 3 autres avaient pris la fuite avant même l’arrivée des secours et des forces de l’ordre. La circulation a été bloquée pendant plus d’une heure.

Deux voitures du service pénitentiaire d’insertion et de probation de Maubeuge incendiées volontairement

Les faits ont été commis dans la nuit de jeudi à vendredi. C’est le surveillant posté au mirador de la prison de Maubeuge qui a donné l’alerte. A l’arrivée des secours, il était déjà trop tard. Les flammes du premier véhicule incendié s’étaient propagées à une seconde voiture du même service. D’après Christophe Muzzolin, le secrétaire de Force ouvrière, cet incendie criminel peut être considéré « comme une forme de menace ». Le syndicat précise que les individus qui ont mis le feu à ces 2 voitures ont pris la fuite et qu’à ce jour, ils n’ont toujours pas été retrouvés.

Une blessée dans une spectaculaire collision à Maubeuge

Il était 11h vendredi lorsque 2 voitures se sont percutées sur le boulevard Charles-de-Gaulle, à proximité du rond-point de la porte de Paris. Une vitesse excessive et une non métrise d’un des 2 véhicules seraient à l’origine de cet accident. Blessée au niveau du dos, l’une des passagères a été hospitalisée. Son pronostic vital n’est pas engagé. La circulation a été perturbée pendant plus d’1h.

Une importante fuite d’eau, des appartements inondés et 60 logements sans eau ni électricité vendredi matin à Maubeuge

Il était 9h du matin lorsque l’alerte a été donnée par des riverains de la résidence Citizen Park. C’est une rupture de canalisation, qui avait déjà été réparée une semaine auparavant qui serait à l’origine de cette inondation. Le réseau électrique de l’immeuble et l’accès à l’eau ont été coupé par précaution durant toute la durée des travaux de réparation. Tout est rentré dans l’ordre en début d’après-midi et notez que plusieurs locataires ont tout de même dû être relogés par la municipalité.

Un jeune cycliste percuté par une voiture rue Jean-Jaurès à Maubeuge

L’accident s’est produit samedi peu après midi 30, à proximité du magasin Brico-Dépôt. Blessé, le jeune garçon a été hospitalisé, mais heureusement, son pronostic vital n’a pas été atteint. Une faute d’inattention et un problème de visibilité pourraient être à l’origine de cette collision.

Des inquiétudes pour le devenir du site AGC Boussois dans le Val Sambre

L’usine compte à ce jour près de 300 salariés, dont une partie se trouve aujourd’hui en chômage partiel, suite à la mise en veille d’un des fours : le B1. La crise du Covid-19 n’a pas arrangé la situation, avec de nombreuses commandes annulées et une chute du prix du verre. Les syndicats estiment qu’un plan de licenciement avec des départs volontaires, est à craindre d’ici la fin de cette année. Quant à Jean-Claude Maret, le maire de Boussois, il demande à l’agglo de proposer un plan d’accompagnement, pour tenter de limiter la casse sociale et préserver le site.

Les charges du site de Boussois sont-elles trop élevées ? Est-ce que la production du four B1 va repartir en janvier ? Faut-il craindre des licenciements ou même la fermeture du site ? Réponses à toutes ces questions avec Jean Michel Dupuis, membre du comité de Direction de l’usine AGC Boussois, qui sera aujourd’hui notre invité, à midi 30 et à 19h. 

Le site Vallourec est-il en danger à Aulnoye-Aymeries ?

Oui, répondent les syndicats estimant que la crise du Covid-19 n’a pas arrangé les affaires du groupe Vallourec, déjà en difficulté avant le confinement. Non, affirme la députée Anne-Laure Cattelot dans un entretien accordé à nos confrères de La Voix du Nord. Elle se veut rassurante sur l’avenir du site, ayant reçu des garanties ministérielles ! En effet, selon l’élue d’Avesnes, Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée au ministère de l’Économie (qui est en lien direct avec l’un des principaux actionnaires de Vallourec) estime que la restructuration financière de l’entreprise ne concerne pas le devenir des sites opérationnels comme celui d’Aulnoye. Néanmoins pour les syndicats, cette annonce de non-fermeture du site aulnésien ne garantit pas le maintien de tous les emplois. Selon eux, des menaces de licenciements sont toujours à craindre, d’où l’appel à manifester jeudi matin dans les rues d’Aulnoye !

Pas de licenciement pour Forgital Dembiermont à Hautmont

Malgré une perte de chiffre d’affaires estimé à près de 40 % au cours du 1er semestre, la direction de Dembiermont dément les rumeurs de licenciements ou de départs volontaire. Par contre, les mesures d’activité partielle qui ont été mises en place depuis le confinement, restent, pour l'instant, toujours d’actualité…

5 agents de la sureté urbaine du commissariat central de Maubeuge testés positifs au Covid-19

C’est un cluster « modéré » selon les termes de la préfecture du Nord. Des mesures sanitaires ont aussitôt été mises en place et il semblerait que la situation soit désormais sous contrôle !

De nouvelles mesures pour lutter contre la Covid-19 à la Polyclinique du Val de Sambre à Maubeuge

A partir d’aujourd’hui, l’accès sera à nouveau limité. Tous les patients devront se présenter avec un test PCR négatif lors de leur admission et les visites seront seulement autorisées de 14h à 19h, à raison d’un seul visiteur par chambre et par jour. En ce qui concerne l’épidémie, elle reste sous contrôle dans le val de Sambre, avec 0 patient Covid-19 à la Polyclinique du Val de Sambre et un seul cas avéré à l’hôpital de Maubeuge.

La fermeture d’une classe au collège Eugène-Thomas à Jeumont, suite à la découverte d’un 3ème cas positif au covid-19

Après l’annonce mardi d’un 1er cas positif, tous les élèves de la cinquième 4 ont été invités à se faire dépister. Les premiers résultats sont tombés jeudi soir. Avec 2 autres cas avérés, le rectorat et l’Agence régionale de santé ont réclamé la fermeture de la classe, avec la mise en place dès aujourd’hui, d’un enseignement à distance, opérationnel jusqu’à la fin de la période d’éviction.

Des travaux, bientôt, au niveau de l’intersection entre Pont-sur-Sambre, Hargnies et Vieux-Mesnil

A partir du 28 septembre et pendant plusieurs jours, la circulation sera fortement perturbée, avec la création d’un « tourne gauche » et de différents travaux de sécurisation pour un total de 330 000 €.

Une reprise en main des festivités par la municipalité à Hautmont !

L’opération « Hautmont, capitale de Noël » est pour l’instant maintenu, mais pour la première fois, ce n’est pas le comité de la « foire corso » et son prestataire « Tour de sites » qui seront chargés de l’organisation de cet événement. Stéphane Wilmotte, le nouveau maire d’Hautmont a décidé de mettre un terme à la convention en cours avec le Comité qui n’était pas en mesure de fournir des justificatifs de certaines prestations déjà engagées par son prestataire.