L'info en Sud Avesnois et Thiérache

En bref sur Fourmies, dans le sud-Avesnois et en Thiérache, pour ce vendredi 20 novembre 2020

20 novembre 2020 à 12h29 Par Paul Schuler
Une partie des soignants de l'Unité Covid-19 à Hirson
Crédit photo : Jean-Claude Natteau pour le Blog Internet de Jean-Jacques Thomas, maire d'Hirson

Dans le sud-Avesnois :

Un nouveau pic de contamination Covid-19 à l’hôpital de Fourmies

Lundi, on vous avait annoncé que l’hôpital de Fourmies s'était retrouvé dans la liste officielle des « clusters », avec au moins une cinquantaine de personnes contaminées en moins de 3 semaines, dont une trentaine de soignants, des visiteurs et une quinzaine de patients. Depuis la situation s’est encore aggravée un peu plus, avec désormais un total de 22 patients pris en charge à l’unité Covid-19 fourmisienne et une quarantaine de soignants, dont trois médecins et de nombreux infirmiers touchés par la maladie. Ils ont été arrêtés et placés à l’isolement. Le week-end dernier, l’hôpital de Fourmies avait même enregistré un triste record de 13 patients Covid-19 hospitalisés en une seule nuit !

La fermeture temporaire du Drive tests Covid-19 de Trélon 

Suite à un problème administratif, les infirmières libérales du sud-Avesnois, ont été contrainte de suspendre temporairement leur centre de dépistage qu’elles avaient installé sur le parking situé derrière la salle des fêtes Trélonnaise. Ce Drive Test reprendra du service dès ce lundi 23 novembre. Il sera accessible tous les lundis, mercredis et vendredis de 9h30 à midi. Ça sera toujours gratuit et ouvert à tous, sans rendez-vous et sur simple présentation d’une carte vitale.

La confirmation d’un projet de création d’une des plus importantes unités de méthanisation des hauts-de-France à Ohain

C’est un agriculteur Belge qui prévoit de construire cette unité, en dehors du village, sur la route de Macon. Le promoteur s’est engagé à construire une structure qui limitera au maximum les risques de nuisances olfactives. Ce nouvel équipement permettra d’alimenter plusieurs centaines de foyers en électricité, pour un investissement privé qui devrait dépasser les 2 millions d’euros...

En Thiérache :

Un nouveau record de patients Covid-19 à l’hôpital Brisset d’Hirson 

Alors que globalement le nombre de contaminations a baissé en Thiérache, passant en une semaine de 306 cas positifs à 209 pour 100 000 habitants, la situation ne s’améliore toujours pas à l’unité Covid-19 d’Hirson, bien au contraire, avec l’enregistrement hier de 4 nouvelles entrées : une Fourmisienne âgée de 86 ans, deux patients de 86 et 89 ans originaires des environs d’Hirson et un malade de La Capelle âgé de 87 ans. Il y a donc désormais 26 cas avérés, contre 22 en début de semaine. Rappelons que 23 décès ont été enregistrés depuis le début de la pandémie à l’hôpital d’Hirson.

Une peine de 42 mois de prison pour un prédateur sexuel à Hirson 

Agé de 28 ans, cet homme avait déjà été condamné à deux reprises pour des agressions sexuelles sur sa nièce et son cousin. Il a cette fois-ci été reconnu coupable de 21 infractions sexuelles envers 12 victimes âgés de 9 à 12 ans. A la barre du tribunal, l’Hirsonnais a reconnu les faits. Pendant deux ans, il avait multiplié les propositions de nature sexuelle à de jeunes filles mineures, en leur envoyant des photos de son sexe. Des images pédopornographiques avaient aussi été retrouvées sur son téléphone portable.

Pour tenter de justifier ses actes, le prévenu a expliqué qu’il avait du mal à maitriser ses pulsions et qu’il souffrait une addiction à la masturbation jusqu’à 5 fois par jour en moyenne. Dans l’espoir d’éviter la prison, le prévenu a proposé de subir « une castration chimique », mais les juges ne l’ont pas suivi. D’après nos confrères de l’Union, en plus des 42 mois de prison, l’hirsonnais fera l’objet d’un suivi socio-judiciaire pendant 10 ans. Il lui est désormais interdit de rentrer en contact avec les mineurs et il devra indemniser l’ensemble des victimes.

Une coiffeuse de Guise victime d’une erreur de facture à 18 000 € par EDF

C’est la mésaventure qui est arrivé à Mégane, la gérante du salon de coiffure « Méga’Coiff ». Alors qu’elle a bel et bien payé tous les 2 mois ses factures à l’opérateur historique d’électricité, c’est lors d’une pose d’un nouveau compteur Linky, qu’un technicien a relevé le total de la consommation enregistrée sur l’ancien compteur, sans tenir compte des sommes déjà versées sur les 12 derniers mois. Au départ, EDF n’a pas voulu reconnaitre son erreur et a même menacé d’engager des poursuites envers la coiffeuse. D’après nos confrères de l’Aisne Nouvelle, il a fallu l’intervention du maire de Guise pour que l’opérateur accepte de réétudier le dossier et d’établir une nouvelle facture plus conforme à la réalité.