L'info en Sud Avesnois et Thiérache

En bref sur Fourmies, dans le sud-Avesnois et en Thiérache, pour ce lundi 18 janvier 2021

18 janvier 2021 à 11h56 Par Paul Schuler

Dans le sud-Avesnois :

8 mois de prison avec sursis pour le conducteur qui avait provoqué un accident le 7 janvier dernier devant l’école maternelle de Glageon

Cet artisan, âgé d’une trentaine d’années, était poursuivi pour conduite sous l’emprise de produits stupéfiants, après avoir été testé positif au cannabis et à la cocaïne. Reconnu coupable des faits reprochés, outre sa peine de prison avec sursis, ce Glageonnais, inconnu de la justice jusqu’à présent, devra verser aux victimes un minimum de 2 000 € d’indemnisation. Souffrant de traumatismes hépatiques et crâniens, rappelons que la maman avait été transférée sur Lille dans un état grave. Elle poursuit actuellement sa convalescence. Son enfant de 5 ans avait aussi été blessé au visage et au crane, mais il avait été en partie protégé par sa mère... 

Une année 2021 placée sous le signe des travaux à Fourmies

Outre la poursuite des chantiers déjà engagés l’an dernier et qui ont pris du retard à cause de la pandémie, comme ceux du cinéma, du stade et du Tiers Lieu numérique, 2021 sera marquée par le lancement des travaux de requalification du centre-ville, la rénovation de l’école Jules Guesde, la construction d’une salle polyvalente dans le quartier de Trieux, la rénovation de l’ancienne boulangerie Pétiaux, l’agrandissement de l’hôtel de ville, avec l’aménagement d’une salle de conseil de plain-pied et des travaux de mises en accessibilité de l’ancien GRETA pour accueillir un hôpital psychiatrique de jour…

500 000 € de travaux de voirie chaque année pendant 6 ans à Fourmies

C’est Maxence Simpère, le 1er adjoint au maire de Fourmies en charge des travaux, qui l’a annoncé vendredi soir lors de la cérémonie des vœux de Mickaël Hiraux. Après avoir réalisé au cours du précédent mandat plus de 11 millions d’euros de travaux, la transformation et réhabilitation des rues de Fourmies va se poursuivre. Seront concernées cette année : les rue du Fief, Delaplace, Maton, Zaya, de la République, Jeanne 3, des Eliets, du Marais et des Howis. L’avenue de Verdun, devant la mairie sera aussi rénové, avec la pose d’une nouvelle couche de roulement, qui aura lieu avant le Grand Prix de Fourmies.

Une attribution des scellés du tribunal d’Avesnes-sur-Helpe en faveur de 3 associations de la Sambre-Avesnois

Des téléviseurs, des outils de bricolage, du matériel de sonorisation, des instruments de musique et même des skis, soit plus de 100 objets ont été offerts à 3 associations : Vie Soleil qui accompagne les résidents de l’EHPAD Simone Jacques à Haut-Lieu, AGIIE à Maubeuge et Trait d’Unions à Fourmies, Trélon et Féron.

En Thiérache :

Plusieurs personnes âgées abusées par de faux démarcheurs ou victimes de ventes forcées en Sambre-Avesnois-Thiérache 

Depuis le 1er janvier, les compagnies de gendarmeries d’Avesnes et de Vervins et le commissariat de Maubeuge ont constaté une recrudescence de pratiques frauduleuses. Certaines personnes âgées ont ainsi acheté des matelas en mauvais état à près de 1000 € pièce. D’autres ont souscrit à de fausses assurances ou ont acquis une planche à découper, vendue 45 euros, mais dont le chèque a été falsifié à 545 €. A cela s’ajoute des faux vendeurs de calendriers ou de faux fournisseurs d’énergie. Le commissariat de Maubeuge et les gendarmes vous invitent donc à redoubler de vigilance et à ne pas hésiter à porter plainte si vous estimez avoir été abusé au cours de ces

Encore une affaire de violences conjugales à Hirson 

12 mois de prison et un sursis probatoire de 2 ans, c’est la peine qui a été prononcée la semaine dernière à l’encontre d’un Thiérachien de 31 ans qui a fait vivre un véritable calvaire à sa femme et à ses enfants pendant plusieurs années. Après les coups, les insultes, les menaces de mort avec un couteau ou les faits de maltraitance à répétition, une fois mis à la porte du foyer conjugale, cet hirsonnais avait continué à terroriser son ex-compagne. Un soir, sous l’emprise de l’alcool, il avait même mis le feu à la porte d’entrée de l’habitation de son ex. Outre sa peine de prison, le prévenu devra se soigner de ses addictions. Il lui est aussi interdit d’entrer en contacts avec les victimes.

L’achat de 50 caméras de vidéosurveillances pour les communes du Nouvion-en-Thiérache, de Boué et de Bergues-sur-Sambre

Le coût total de cette opération est estimé à près de 300 000 €, avec la pose de 26 caméras au Nouvion-en-Thiérache et d’une quinzaine à Boué. Comme à Fourmies, à Avesnes ou à Hirson, ces caméras ne seront pas reliées à un centre de surveillance urbain, par contre les vidéos seront conservées pendant 30 jours et mises à la disposition des forces de l’ordre, sur simple demande. Notez que cette mutualisation des frais d’achats et d’installation permet d’économiser à ces 3 communes plusieurs dizaines de milliers d’€.

Déjà 12 et bientôt 14 ou 15 centres de vaccination contre la Covid-19 en Sambre-Avesnois-Thiérache 

En plus des maisons médicales de la Thiérache et des hôpitaux de Maubeuge, d’Avesnes, du Quesnoy, de Fourmies, d’Hirson ou de Vervins, qui accueillent depuis ce matin les personnes âgées volontaires pour se faire vacciner, 2 ou 3 centres supplémentaires seront bientôt opérationnels. En attendant l'ouverture de ceux de Fourmies (Salle mandela) et d’Aulnoye (Maison de santé), c’est l’espace Sculfort à Maubeuge qui a été choisi pour soulager et pour désengorger, dès demain matin, le centre hospitalier de la Sambre-Avesnois à Maubeuge. Rappelons que dans un premier temps, la priorité est donnée aux personnes âgées de plus de 75 ans et à celles et ceux qui souffrent d’un cancer ou d’une maladie rénale, sans limite d’âge, avec une livraison hebdomadaire de 5000 doses pour les 3 centres de vaccination du val de Sambre. Pour plus de renseignements ou pour s’inscrire, téléphonez au 03 27 62 21 80.

Le décès d’un notaire centenaire à Guise 

Maitre André Pluvinage nous a quittés le 11 janvier dernier. L’ancien notaire de Guise était une référence notariale dans l’Aisne et dans toute la Picardie. André Pluvinage avait notamment été en 1972 à l’origine de la mise en « copropriété » du familistère, lorsque les dirigeants de la société Godin avaient décidé de se séparer de leurs actifs immobiliers.