En bref, ce vendredi 12 mars 2021

12 mars 2021 à 12h50

Dans le sud-Avesnois :

Fourmies : plus de 200 personnes pour défendre un hôpital public de spécialités et le maintien de la chirurgie

En plus des salariés et usagers de l’hôpital, les syndicats locaux de la CGT Santé et de Force Ouvrière ont pu compter sur la présence d’une délégation de soignants venus de Maubeuge et d’Hirson et sur des représentants de tous les partis de gauche, dont le secrétaire national du Parti communiste, le député Fabien Roussel. Mickaël Hiraux, le maire de Fourmies et Président du conseil de surveillance de l’hôpital, avait lui aussi fait le déplacement, avec ses adjoints, mais le secrétaire local de la CGT n’a pas voulu lui donner la parole. Mickaël Hiraux souhaitait rassurer les manifestants, ayant lui aussi « la volonté de défendre un hôpital de spécialités, sa chirurgie et sa maternité pour obtenir la meilleure offre de soin possible en faveur des habitants de la Grande Thiérache ».

Malgré les propos du maire qui se veulent rassurants, Marie, une aide-soignante Force Ouvrière de l’hôpital et Marie-Claude, une patiente de l’hôpital, porte-parole de Lutte-Ouvrière à Fourmies, ont du mal à y croire. D’après elles, « la privatisation de la chirurgie est engagée depuis plusieurs années. Il va falloir se battre pour empêcher ce nouveau massacre d’un service public à Fourmies ».

Pour Sonia N’Guyen, la secrétaire de la CGT Santé à l’hôpital de Fourmies : « au-delà des belles paroles, les salariés attendent du concret et s’opposeront à toute privatisation de la chirurgie ». Le combat ne fait que commencer et tant que la CGT n’aura pas reçu « une preuve officielle de l’abandon de l’audit portant sur le transfert de la chirurgie de Fourmies vers Wignehies, nous ne lâcherons rien », a d’ores et déjà prévenu Sonia N’Guyen.

La fin des travaux de réhabilitation du nouvel hôtel d'entreprises tertiaires du Conditionnement à Fourmies

Plusieurs bureaux d’une vingtaine de m2 viennent d’être mis en location par la communauté de communes du sud-Avesnois, avec des loyers allant de 187 à 225 €. Les porteurs de projets peuvent bénéficier d'un accompagnement renforcé de la BGE. Par contre, notez que les activités commerciales recevant du public sont exclues. Pour en savoir plus, vous pouvez prendre rendez-vous avec Audry Gy, au Pide, sur la ZAC de la Marlière à Fourmies ou en la contactant au 03 59 61 75 00.

L’ouverture d’une nouvelle jardinerie hier matin à Fourmies 

Les serres de « PassiFlore » sont installées au n°17 de la route d’Anor, à proximité de la gendarmerie fourmisienne, soit plus de 600 mètres carrés dédiés à la vente de plantes, d’arbres et de fleurs. A quelques jours du printemps, de nombreux clients ont déjà fait le déplacement dès hier matin, pour repartir avec des pensées, des primevères, des plantes vivaces, des graines, des plants de salades et de fraisiers. Votre nouvelle jardinerie « PassiFlore » est ouverte du mardi au samedi de 9h à midi et de 14h à 17h, plus le lundi de 14h à 17h…

Renseignements : 07 86 49 06 64 ou passiflore59610@gmail.com

En Thiérache :

De la prison ferme pour un pyromane-cambrioleur à Hirson

En décembre, un hirsonnais âgé d’une vingtaine d’années avait visité une habitation du centre-ville, profitant de l’absence du locataire, qui était hospitalisé à ce moment-là. Il était reparti avec des bijoux, une collection de voitures miniatures, une pièce de collection de 20 francs datant de 1933 et avec la voiture de la victime, qu’il avait fini par incendier le lendemain. L’hirsonnais a été condamné à un an de prison avec un mandat de dépôt de six mois « ferme ». A l’issue de sa peine, il devra se soigner de son addiction à l’alcool et trouver un travailler. Il lui est aussi interdit d’entrer en contact avec le mineur qui l’accompagnait ce soir-là. Ce dernier comparaîtra prochainement devant un juge pour enfants.

Le rachat par la ville d’Hirson du « Réel Bon Marché », une boutique de la place Sarrail, vacante depuis plusieurs années

La mairie espère l’acquérir pour moins de 50 000 €, car la réfection d’une partie de la couverture est à prévoir. L’objectif est de redynamiser le centre-ville hirsonnais, en rachetant un maximum de friches commerciales, qui au regard de l’état vétuste, ne trouve pas preneur.  Le « Réel Bon Marché » sera transformé en un magasin solidaire, qui servira de vitrines pour les chantiers d’insertion. L’opposition municipale regrette que cette surface commerciale ne puisse pas devenir une supérette, car selon-eux, « c’est ce type de magasin qui fait cruellement défaut pour toutes les personnes âgées domiciliées dans le centre-ville d’Hirson ou pour celles et ceux qui sans moyen de locomotion ».

Un projet de transformation de l’ancien restaurant de la rue Sadi Carnot à Guise en un centre de loisirs

Cette propriété municipale va être vendue pour 70 000 € à la communauté de communes Thiérache Sambre et Oise. Ces 600m2 de bâtiments insalubres seront réhabilités pour accueillir, dès l’an prochain, la centaine d’enfants qui fréquente ce centre aéré de Guise.