L'info en Avesnois et Pays de Mormal

La "Teinturerie Avesnes Pressing" fermera au 31 décembre

24 novembre 2020 à 11h03 Par Delphine Hernu
Crédit photo : Google Maps

Le Covid a précipité leur départ en retraite

Fermeture définitive au 31 décembre

Les pressings se comptent sur les doigts d’une main en Sambre Avesnois. Celui d’Avesnes-sur-Helpe, rue Victor Hugo en centre-ville, est une institution. « Teinturerie Avesnes Pressing » est une entreprise familiale qui pour tenir, s’est diversifiée au fil du temps, avec la location de déguisements et de costumes de fêtes.

Dans cette blanchisserie qui affectionne les beaux tissus, Colette Bogrand a passé 60 années de sa vie, son fils, Jean-Marc Bogrand, 30 années. Aujourd’hui, elle a 87 ans, il a 64 ans et ils ont décidé de partir en retraite en même temps. Leur commerce fermera définitivement le 31 décembre.

 

Un départ en retraite précipité par le Covid

Sans le Covid-19, mère et fils auraient poursuivi l’activité mais les conséquences de la pandémie et des confinements successifs, sont implacables : « Maman est triste de tout ça, elle le vit comme un échec », explique Jean-Marc Bogrand. « Mieux vaut s’arrêter avant qu’on vienne vous saisisse ! On ne peut plus faire face […] Financièrement, c’est même plus possible, je vais bientôt payer pour pouvoir travailler ! ». Au premier confinement, ils avaient bénéficié de l’exonération des charges sociales, de l’aide de 1 500 euros mensuelle pendant un trimestre et d’une aide de près de 800 euros de la Communauté de Communes Cœur de l’Avesnois mais au deuxième confinement, « aucune aide et je ne sais pas pourquoi », confie le commerçant.

 

« 1 800 costumes sur les bras »

Le commerce qui appartient à Colette Bogrand, fermera à la fin de l’année, « il n’y a pas de repreneur et on se retrouve avec 1 800 costumes sur les bras », poursuit-il. Les déguisements et accessoires de fêtes sont au placard depuis 8 mois, à cause de l’annulation des événements, des mesures sanitaires et des deux confinements. Costumes vénitiens d’une valeur de 2 à 300 euros, tenues disco ou moyenâgeuses, le stock doit être éclusé et Jean-Marc Bogrand espère qu’ils seront rachetés en lots, au-delà des particuliers, ils peuvent intéresser dit-il, le secteur du théâtre ou du cinéma par exemple.

 

Après la fermeture du pressing au 31 décembre, un dépôt pressing ouvrira au magasin Cent’Heures d’Arômes sur la Place du Général Leclerc à Avesnes-sur-Helpe.

 

Ecoutez l’interview Long Format de Jean-Marc Bogrand sur l’histoire de la « Teinturerie Avesnes Pressing », témoin de l’évolution du métier, des tissus et des commerces de la Cité des Mouches :

Photos