La marque des Voitures Génestin renaît de ses cendres à Fourmies : un premier prototype sera présenté en mars !

03 janvier 2017 à 18h33 Par Paul Schuler
Après avoir récupéré la marque Génestin au printemps 2016, deux jeunes entrepreneurs ont réussi durant l’été à lever des fonds en France et à l’étranger pour mener à bien leur projet.

Les voitures Génestin ont marqué une génération de fourmisiens entre les deux grandes guerres mondiales. Plus de cent modèles différents ont été produits par Paul Génestin, le fondateur de la marque en 1920. Les voitures Génestin sont à nouveau d'actualité en 2017...

Rappel historique : des voitures robustes, sportives et élégantes dans les années 20

Né à Fourmies en 1881, Paul Génestin est issu d’une famille de marchands de meubles de Fourmies. Attiré par la mécanique, dès ses 18 ans, Paul Génestin va présenter des inventions, dignes du concours Lépine comme le frein à double action, une roue élastique ou une boîte de vitesses hydraulique.

Après avoir travaillé un temps dans un garage où s'amoncellent les voitures des surplus militaires, il se laisse entraîner dans la ruée vers l'or de la construction automobile. Il va alors créer des voitures nerveuses, robustes et élégantes, qui vont très vite se distinguer par l’invention d’un servo-frein fort bien imaginé par Paul Génestin en personne. Ce sont des automobiles de qualité comme seuls savent en réaliser, en petit nombre, des artisans soucieux avant tout d'un travail bien fait.

Elles connaissent rapidement le succès et conquièrent une clientèle fidèle dans le nord de la France et en Belgique, où les routes pavées, alors en très mauvais état et très cassantes, leur valent une réputation méritée de solidité, encore affirmée par des victoires dans des courses régionales et internationales considérées comme particulièrement dures et éprouvantes pour les mécaniques (le Circuit des Routes Pavées ou le Grand Prix des Frontières à Chimay en Belgique).

Malheureusement, son gendre se tue en 1927 sur la route Charleville au volant d'une de ses voitures et à partir de cette date, on ne reverra plus jamais une Génestin dans une épreuve automobile. Puis arrive la dépression économique en 1929. Les « Génestin », par leur construction artisanale à l'unité et par la qualité de leur fabrication, sont trop chères. Elles ne peuvent plus lutter contre les voitures de grande série, en particulier contre les Citroën.

Paul Génestin est bientôt ruiné, obligé de fermer son usine puis part au Maroc, comme mécanicien de l'atelier de réparation de camions d'une entreprise de transports à Casablanca. En 1934, il se blesse en remontant un moteur, un incident presque banal pour un mécanicien, mais qui tourne cette fois ci au drame avec sa mort, vaincu par une septicémie à l'âge de 53 ans.

Le renouveau de la marque en 2016 :

La renaissance des Voitures Génestin date de 2016. Après avoir récupéré la marque Génestin au printemps 2016, les deux jeunes entrepreneurs ont réussi durant l’été à lever des fonds en France et à l’étranger pour mener à bien leur projet. Ils ont notamment reçu le soutien financier de Khalil Zaidani, haut fonctionnaire à Dubaï, qui sera l’ambassadeur des nouveaux véhicules Génestin à l'international.

Un protocole d’accord pour la création de la nouvelle société de gestion de la marque Génestin a finalement été signé le 29 septembre 2016 au château de la Marlière à Fourmies, entre les associés de la nouvelle société (Thibaud Auchet, Julien Klettlinger, Bertrand Zoré, et Khalil Zaidani), la ville de Fourmies et la communauté de communes du Sud Avesnois. 

La ville de Fourmies décide alors de mettre à disposition un local, pour un euro symbolique. Un bâtiment sera rénové et mis aux normes par la communauté de communes. En octobre 2016, Thibaud Auchet et Julien Klettlinger ont donc ouvert leur atelier de production dans les anciens établissements Gourisse, rue du Général Goutierre à Fourmies.

> Ecoutez le témoignage de Khalil Zaidani, haut fonctionnaire à Dubaï, actionnaire et associé de la société des Nouvelles voitures Génestin à Fourmies :

Écouter le podcast

Écouter le podcast

Un premier prototype devrait sortir des ateliers dans quelques semaines et sera présenté officiellement en mars à l’un des plus grands salons de l’automobile, qui se déroulera à Genève en Suisse. L'objectif est de produire à moyen terme des voitures Génestin « haut de gamme », 100 % made in France, hybrides, innovantes et respectueuses de l’environnement. Elles seront toutes conçues et entièrement montées à Fourmies. Un prototype roulant pourrait être exposé au salon de Paris d’ici 1 an.

> Les explications de Julien Klettlinger, l'un des deux co-fondateurs des voitures Génestin à Fourmies :

Écouter le podcast

Écouter le podcast

Écouter le podcast

Écouter le podcast

Écouter le podcast

Écouter le podcast