C'est son avis du 16/02/2018

On part aux États Unis où un père de famille refuse l’exécution de son fils

Le Magazine Le Point nous fait vivre cette tragédie de l’intérieur. Nous sommes en décembre 2003. La famille Whitaker sort diner, elle se compose du père Kent, Tricia, sa femme et les deux fils Bart et Kévin. La famille partait fêter en avance le diplôme universitaire de Bart. A leur retour au domicile familial, ils sont brutalement pris pour cible par un tireur, Tricia 51 ans et Kévin 19 ans sont fatalement touchés, Kent le père est grièvement atteint et Bart pour sa part a reçu une balle dans le bras.
Les policiers pensent dans un premier temps à un cambriolage puis au fil du temps, près d’une année, ils découvrent que l’attaque sanglante avait été planifiée par le fils survivant, dont la blessure faisait partie de la mise en scène. Bart avait engagé un tireur pour exécuter sa famille et avoir l’héritage de plus d’un million. Aujourd’hui sur son lit d’hopital, le thorax perforé, Kent Whitaker se bat contre l’éxécution de son fils tueur de sa femme et de son deuxième fils. Un père qui a su pardonner...

"Le service national sera universel et obligatoire" c’est le président Macron qui le dit

C’était la "cacophonie" pour reprendre les mots de la presse, le site France info décrit mardi Emmanuel Macron qui évoque ce service national qu’il souhaite universel (mesdames vous voilà dans la course) et obligatoire. Il souhaite que ce service dure entre 3 et 6 mois. Un service qui pourra avoir une ouverture sur la chose militaire mais dont la forme pourra être civique. Le vrai problème c’est qu’entre les désirs du président et le rapport des parlementaires dont une avec l’étiquette en marche, il y a un écart puisque dans les préconications, il propose un service non obligatoire.
Un service proposé dans ce rapport en 3 étapes :
- Une première entre 11 et 16 ans «semaine de la défense et de la citoyenneté »
- La deuxième pour les jeunes de plus de 16 ans « immersion dans l’armée, dans une association ou une collectivité »
- La troisième serait pour les 16/25 une sorte de service civique
Ça manque encore de clarté ! quoi qu’il en soit ce service national fera débat ! A la fois par son obligation, la mixité sociale sera de mise, et à contrario que faisons-nous de cette liberté de conscience des jeunes ?

Dans notre région on peut parler de guérison miraculeuse pour la sœur Bernadette Moriau

En 2008, la sœur Bernadette Moriau circulait en fauteuil roulant notamment à cause de douleurs lombo-sciatique.  A l’époque, on lui propose un séjour à Lourdes. Chose à laquelle, elle n’avait jamais songé. Elle n’allait à Lourdes que pour accompagner des malades, mais en n’aucun cas pour guérir.
Après 6 jours passées à Lourdes, elle revient à Beauvais. Un soir, elle est seule dans sa chambre et sent "une détente, un bien être, de la chaleur dans mon corps" elle le dit "tordu, mon pied s’est redressé, je pouvais bouger, j’avais pu mal".

Direction l’école Pasteur de Rousies, où Clément Rémiens faisait son retour.

Le journal La voix du nord nous parle du retour de ce jeune acteur dans son école primaire, à la rencontre des élèves près de 10 ans après sa scolarité. Clément Rémiens, originaire de Rousies a 20 ans est l’un des acteurs de la série phare de Tf1 "Demain nous appartient".
C’est aussi l’occassion pour lui de retrouver Karima Azzouz, son institutrice, il a débuté le théatre et se souvient de son premier rôle de prince charmant. Une institutrice devenue fan de son ancien élève, elle dit que Clément Rémiens était très à l’aise et qu’on pouvait lui faire jouer n’importe quel rôle !
Après l’école primaire Clément Rémiens va intégrer une troupe associative puis le cours Florent à Paris… Un très beau parcours pour ce jeune roséen.