L'info en Val de Sambre

Réorganisation des lignes STIBUS à partir du 2 janvier 2018

18 décembre 2017 à 20h29 Par Thibaut Paquit
Crédit photo : Thibaut PAQUIT

C’est une fin d’année très chargée pour les agents de la STIBUS. Après le transfert du dépôt, de l’agence commerciale et d’un nouveau point d’accueil, l'équipe dirigeante sort sa nouvelle réorganisation des lignes qui sera en place dès le 2 janvier prochain, le fruit de deux ans d'études.

Fini les lignes 51, 52, 53, 54 et 56, place maintenant aux lignes A, B, C et D ou encore fusion des lignes 52 et 58 qui deviennent la Ligne 10. Pour Maubeuge, la grande nouveauté, c'est la fusion entre les lignes 53 et 54, qui deviendra la Ligne B : elle desservira notamment le quartier de Montplaisir de Maubeuge, vers la Polyclinique du Val de Sambre ou le Centre Commercial à Louvroil. A partir du 2 janvier, toutes les lignes de bus passeront par la Gare de Maubeuge, c’est une première. 

A la date du lancement de la nouvelle offre, 12 agents de la STIBUS seront présents aux arrêts de bus, pour aiguiller les usagers, à Jeumont, Maubeuge ou encore Aulnoye-Aymeries.

Plus d’infos sur le nouveau réseau ici

 

Du Transport à la Demande avec 107 arrêts de Saint-Rémy-Chaussée à La Longueville

C’était une demande forte des communes rurales mais aussi du SMTUS : développer le service à la demande toute l’année. Le transport à la demande se veut être le complément des lignes actuelles : de Maubeuge à Saint-Rémy-Chaussée, il est possible d’en bénéficier. 107 arrêts disponibles pour des communes comme Noyelles-sur-Sambre ou encore Hargnies, les usagers ont une belle occasion de se rendre plus facilement à Aulnoye-Aymeries. Pour utiliser l’outil, il faudra d’abord s'inscrire par téléphone (0 800 800 204). Le coût d’un trajet s’élève à 1€30. Objectif : renforcer les lignes pénétrantes dès le 2 janvier prochain. Pour le reste de l’offre, d’Aibes à Quiévelon et de Mairieux à Vieux-Reng, le transport à la demande sera utilisable uniquement pendant les périodes de vacances scolaires. 

Plus d’infos sur le Transport à la demande ici 

Pas de changement radical chez les conducteurs de bus

Si la réduction des lignes est conséquente (moins 300 000 kilomètres) « cela n’a pas d’incidence sur le nombre de chauffeurs en place » selon le Directeur de la Stibus, Yann Wildemersch. Sur la période 2016-2019, ce sont 20 emplois en moins, essentiellement des conducteurs qui partent en « retraite et qui ne seront pas remplacés », selon Yann Wildemersch. En 2016, STIBUS comptait 116 chauffeurs.