Lettre ouverte d’un citoyen de l’Avesnois-Thiérache au Président Emmanuel Macron : le « SOS » d’un territoire en détresse, qui veut encore croire en demain !

29 juin 2017
Par Paul Schuler
"Monsieur le Président, faites de l’Avesnois – Thiérache un « TERRITOIRE TEST » de votre quinquennat !"

Voici le courrier qu’un ancien Fourmisien, aujourd’hui domicilié en Thiérache, nous a fait parvenir. Cette lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron, a été envoyée en copie à tous les élus de la Sambre-Avesnois-Thiérache… Ce citoyen (qui souhaite rester pour l’instant anonyme) sera-t-il entendu par notre nouveau Président ?...

Monsieur le Président de la République,

Je vous écris en tant que citoyen d’un territoire en grande difficulté, qui s’enfonce dans la pauvreté depuis plusieurs décennies sans que rien d’efficace ne soit fait. Vous nous avez récemment montré qu’il fallait de l’audace pour faire avancer ses idées, pour faire bouger les choses. Vous comprendrez ma démarche, j’en suis convaincu.

Le territoire dont je parle vous est probablement familier. Il se situe à cheval sur les départements du Nord et de l’Aisne, une « région » que l’on appelle communément l’Avesnois – Thiérache et dont les villes principales sont Fourmies, Avesnes sur Helpe et Hirson.

Fourmies a été l’une des villes industrielles les plus dynamiques de France, une capitale mondiale du textile, une ville florissante qui permettait à cette France industrielle de rayonner. C’est aussi un lieu important de luttes ouvrières et syndicales, puisque le 1er mai 1891, des ouvriers sont morts pour demander plus de justice sociale et de meilleures conditions de travail.

L’esprit de lutte et le courage persistent en dépit des difficultés. D’Avesnes sur Helpe à Hirson, nombreuses sont les forces vives qui se battent chaque jour pour que leur territoire garde la tête haute. Des entrepreneurs prennent des risques, investissent et créent des emplois, des associations luttent contre les inégalités, des enseignants donnent de l’espoir à leurs élèves, des médecins se battent pour que leur relève soit assurée et bien sûr, des élus, au nom de l’Etat, défendent leurs services publics et tentent de jouer leur rôle avec les moyens dont ils disposent. Ils sont remarquables, mais, hélas, pas assez forts.

Aujourd’hui, bien que disposant d’une situation géographique optimale – à 2h de paris, à 1 h de Lille ou de Bruxelles – Fourmies ne se relève pas de la crise qu’elle connaît depuis plus de 30 ans. Le taux de chômage y est l’un des plus forts de France (30%) et - corollaire – le vote Front National aussi. Le parti des extrêmes a bénéficié de résultats records aux récentes élections...

Pourtant, ici pas de migrants, pas de plombiers polonais, et pas d’immigration de masse. Non, ici c’est la pauvreté qui s’est durablement installée depuis une vingtaine d’années : difficultés pour accéder aux services de santé, déperdition scolaire importante (la part des personnes de plus de 15 ans non scolarisées est une des plus importantes de France), mortalité prématurée (50% plus haute que dans le reste du pays), niveau record des prestations sociales et en moyenne plus de 25% de la population qui vit sous le seuil de pauvreté (32 % à Hirson !).

Cette situation me désole. Comment avons-nous pu, Monsieur le Président, laisser une région s’enliser ainsi dans la pauvreté ? Pourquoi les habitants de ce territoire – y compris les élus - se sentent-ils tant abandonnés ? Pourquoi avons-nous les pires statistiques en matière d’emploi, de santé et d’éducation ? Pourquoi les axes de communications sont-ils toujours aussi déplorables ? Pourquoi la connectivité est-elle si faible ? Pourquoi les pouvoirs publics semblent-ils tant négliger notre territoire ?

Nous ne pouvons pas renoncer ! En tant que citoyen de cette région, je garde l’espoir qu’elle connaisse une renaissance. Cependant, sans un appui fort et coordonné de l’Etat, aucune solution pérenne ne peut être envisagée.

"Monsieur le Président, faites de l’Avesnois – Thiérache un « TERRITOIRE TEST » de votre quinquennat !"

Tout n’a pas encore été tenté. L’Etat peut y investir davantage. Il faut lancer une grande consultation des acteurs, stimuler le tissu local et créer de l’emploi, réduire les inégalités et faciliter la création d’entreprise, les communications, l’innovation, l’éducation, la santé et les moyens de transport.

Montrons qu’il n’y a pas de fatalité et démontons les clichés de la pauvreté. A Fourmies, Hirson ou Avesnes-sur-Helpe, nombreux sont ceux qui innovent et croient en leur territoire. Ils n’attendent qu’un coup de pouce, qu’on les écoute et qu’on les soutienne.

Monsieur le Président, vous aurez de multiples défis à affronter au cours de votre quinquennat. Mais votre ambition de rendre de l’espoir aux français passe par une renaissance des territoires perdus de la République, pour lesquels une action forte et urgente est nécessaire. Ma région est l’un de ces territoires. Nous comptons tous sur votre action !

En espérant sincèrement que mon courrier attirera votre attention, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

Un citoyen de l’Avesnois - Thiérache

Portrait officiel d'Emmanuel Macron par © Soazig de la Moissonnière / Présidence de la République